HOLLYWOODCARLENTINI

La Haute Autorité de Santé réaffirme sa recommandation sur le diagnostic du syndrome du bébé secoué

Home »  News »  La Haute Autorité de Santé réaffirme sa recommandation sur le diagnostic du syndrome du bébé secoué

La Haute Autorité de Santé réaffirme sa recommandation sur le diagnostic du syndrome du bébé secoué

On May 20, 2020, Posted by , In News, With No Comments

Interpellée sur sa recommandation sur le diagnostic du syndrome du bébé secoué, la HAS (Haute Autorité de Santé) réaffirme l’importance de cette dernière et la nécessité du repérage, du diagnostic et de la prévention de ces maltraitances.

Sommaire

  1. Des conséquence graves

Début décembre, l’association Adikia avait demandé l’abrogation de la recommandation sur le syndrome du bébé secoué (SBS) et pointait du doigt les erreurs scientifiques et de biais car, selon eux, aucun expert “n’est spécialisé en neurologie pédiatrique”. La Haute Autorité de Santé (HAS) refuse de “laisser sans réaction la mise en cause de la compétence et de la probité scientifique de leurs experts” et réaffirme l’importance de sa recommandation, qui décrit la conduite diagnostique que doit suivre l’équipe médicale. Aujourd’hui, avec l’ensemble des sociétés savantes et associations qui ont mené ce travail sur le syndrome du bébé secoué, la HAS tient à souligner la qualité de cette recommandation,” souligne-t-elle.  Des conséquence gravesLe syndrome du bébé secoué est une maltraitance infantile aux conséquences importantes car lorsqu’un adulte secoue violemment un enfant, cela entraîne des lésions cérébrales graves, parfois fatales. “Plus de 10% des bébés secoués meurent des suites des traumatismes crâniens infligés et plus des ¾ des enfants survivants gardent des séquelles à vie,” expliquent les experts de la HAS. La Haute Autorité de Santé explique que cette recommandation sur le syndrome du bébé secoué, écrite en 2011, avec l’aide de professionnels de santé, puis actualisée en 2017, décrit la conduite diagnostique que doit suivre l’équipe multidisciplinaire hospitalière prenant en charge l’enfant. Elle spécifie les examens complémentaires permettant d’éliminer d’autres diagnostics de maladies et “d’objectiver les lésions caractéristiques du syndrome du bébé secoué”. Car, grâce à cette recommandation, “en fonction du contexte clinique, des lésions présentées et de leur chronologie d’apparition, le diagnostic du SBS est considéré comme écarté, probable ou certain.”Click Here: New Zealand rugby store

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *