HOLLYWOODCARLENTINI

Dopé par l'amour !

Home »  News »  Dopé par l'amour !

Dopé par l'amour !

On May 17, 2020, Posted by , In News, With No Comments

Non l’amour, ce n’est pas uniquement dans la tête, ce sentiment se traduit par de profondes variations hormonales. Celles-ci pourraient d’ailleurs expliquer ce besoin de trouver l’âme soeur et la sérénité des gens qui vivent en couple. A tel point que certains n’hésitent pas à proposer des philtres pour préserver cette union… Découvrez les secrets de l’alchimie de l’affection.

Le sentiment amoureux a un impact important sur l’organisme.Attention, rien à voir avec les “simples“ effets de nuitstorrides : il est question ici des bouleversementsoccasionnés par la rencontre de l’âme soeur…Les amphétamines de l’amourNon, tomber amoureux n’est pas une chose anodine ! Cela provoque deprofonds changements dans votre organisme… Bien sûr, lespremiers instants de la rencontre vont être unevéritable tempête hormonale qui va dévastervotre corps : dopamine, adrénaline, ocytocine… Le chef defile de votre excitation porte un nom : laphényléthylamine. C’est l’amphétaminenaturelle de l’amour et du bonheur. D’ailleurs, on la retrouve enpetite quantité dans le chocolat, ce qui expliquerait queles demoiselles qui n’ont pas trouvé l’âme soeurcompensent le célibat par quelques tablettes…Sur un petit nuageMais passé les premiers émois, le sentiment amoureuxprend une autre tournure : la présence rassurante del’être aimé, et peut-être les câlins, vontfavoriser la production d’endorphines, cette morphinefabriquée naturellement par le corps. Une autre hormone estégalement produite : l’ocytocine. Celle-ci aété baptisée “l’hormone de l’attachement“ parcertains scientifiques, car elle serait notammentsecrétée chez toutes les espèces animalesmonogames, dès le premier rapport sexuel… Résultatde cette production hormonale : l’anxiété, le stresset autres tensions disparaissent. Le couple devient un moyen derester zen. Quoique des études ont montré quecertains couples voyaient leur taux de cortisol, l’hormone dustress, s’élever…Rebooster l’amour…Certains scientifiques soulignent néanmoins que notreorganisme pourrait s’habituer aux hormones de l’amour. Au bout dequelques années, ces substances ne feraient plus effet. Et,contrairement à certaines substances illicites, il estdifficile d’augmenter les doses pour continuer à sesatisfaire… Le besoin d’aller voir ailleurs, pour retrouver le“premier shoot“ se ferait alors sentir. Pour pallier à cephénomène, certains n’hésitent pas àproposer des boissons censées “doper“ le sentiment amoureux.Ainsi, David Gray, auteur à succès de “Les hommesviennent de Mars, les femmes de Vénus“, vient de lancer saboisson chocolatée pour couples qui battent de l’aile. Laversion femme booste la sérotonine, la version hommeaugmente les taux de dopamine. Cerise sur le gâteau : lebreuvage permettrait de perdre du poids…L’amour protecteurCes différentes hormones produites pendant l’amour ont ainsides vertus pour l’organisme. En réduisant le stress etl’anxiété, elles protégent contre toutes lesmaladies liées au stress : troubles cardiovasculaires,désordre métabolique… Plusieurs études ontsouligné que les hommes mariés par exempleétaient en meilleure santé que lescélibataires. Mais en la matière, difficile dedistinguer l’influence du sentiment amoureux de l’alimentation pluséquilibrée ou de la meilleure hygiène de vie.Et le revers de la médaille, c’est que ces réactionshormonales peuvent avoir un effet négatif… Ainsi, certainsdérèglements de ce système pourraient rendrecertains totalement “drogués“ de l’amour. D’ailleurs, lasécrétion de sérotonine pourrait conduireà de véritables obsessions envers l’êtreaimé (exactement comme cela se produit dans les TroublesObsessionnels Compulsifs). Sans parler de la séparation quiva provoquer des dégâts importants, et êtreà l’origine de nombreux troubles psychiques, tel que ladépression…Mais bien sûr, ce ne sont pas des raisons suffisantes pourdécider de ne plus céder à ce sentiment.D’autant que l’amour ne se commande pas…Louis AsanaSources :Journal du CNRS n° 169, février 2004New Scientist, mai 2004Click Here: cheap all stars rugby jersey

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *